Nicolas Xavier Galerie - Art Contemporain

ARNAUD LIARD

Né en 1975 à Gennevilliers, Arnaud Liard s’initie à l’art par le biais de la photographie qu’il pratique à la fin des années 80. Ses pérégrinations urbaines, appareil photo en bandoulière, l’entraînent à la rencontre de la culture graffiti, dans laquelle il s’immerge aussitôt et qu’il pratique encore aujourd’hui. Au début des années 90, aux côtés de Lek, Hof & Fleo, il signe Osean, au sein du collectif LCA ("Lettres contre architecture"), qui développe une pratique du graffiti aux antipodes du style américain. Il est alors influencé aussi bien par le graffiti Scandinave et Hollandais que par l'art moderne, notamment le mouvement « De Stijl », et développe un style qui évoluera progressivement vers une stylisation des formes graphiques.
Au début des années 2000, avec Onde et Hobz, il fonde le collectif de recherche plastique TRBDSGN. Leurs démarches respectives et conjointes les guideront naturellement vers des travaux mixant graffiti, design d'objet et graphisme. Toujours actif, le collectif est très visible dans les rues parisiennes, entre autre sur les grandes palissades de chantiers, où il développe un travail à plusieurs mains. Sous son vrai nom, Arnaud Liard peint sur toiles recouvertes de ciment depuis 2002 un théâtre urbain qu’il met en scène à partir de photos de rue. Il décompose ses paysages réalistes pour les fragmenter et les diriger vers l’abstraction graphique. Artiste polyvalent, il se révèle aussi à l’aise dans la peinture figurative que dans l’abstraction géométrique. Il a choisi la matière comme dénominateur commun de ses deux pratiques. Choix d’une matière brut, malléable, riche, et surprenante : le ciment, qui entre ses mains révèle une sensibilité et une histoire que l’artiste livre au spectateur tel un témoignage de fragments de murs, porteurs d’un vécu connu de lui seul. Petit à petit la matière laisse place à la couleur, creusant les strates d’un travail qui se meut dans une recherche de mutation permanente. Pour l’exposition «La mécanique des rêves», à la galerie Nicolas Xavier, Arnaud a choisi de présenter un travail nouveau dans sa démarche, des pièces hors cadre, tel des fragments de murs, des éclats d’idées, des morceaux d’histoires, des parts d’inconscient.